Mardi, 20 Nov 2018
Vous êtes ici :     Accueil Découvrir Roeschwoog Notre environnement Pas de pesticides dans les espaces verts
Pas de pesticides dans les espaces verts PDF Imprimer

A Roeschwoog comme pour 80% de la population alsacienne l'eau potable est prélevée dans la nappe phréatique.
La nappe phréatique d'Alsace est peu profonde et donc très vulnérable aux pollutions chimiques, quelles soient industrielles, agricoles ou autre.
Les inventaires transfrontaliers réalisés par la Région Alsace montrent que le premier facteur de déclassement de la qualité de l'eau de la nappe phréatique sont les produits phytosanitaires, en particulier les herbicides. Ils sont utilisés par le monde agricole mais également par les communes et les jardiniers amateurs.

Le souci de la commune de préserver la qualité de l'eau.
Une commune utilise peu de produits phytosanitaires, par rapport au monde agricole. Malgré tout, le type de surfaces traitées peut causer une pollution. Lorsqu'un traitement phytosanitaire est réalisé, le produit n'est pas dégradé et reste sur le trottoir, il est entrainé dès la première pluie. Il est ensuite emmené, via le système d'assainissement, vers la station d'épuration qui ne traite pas ce genre de pollution.
Consciente de cette problématique, la commune de Roeschwoog a réalisé en 2007-2008, sous l’impulsion de Jean Lorentz, une étude pour modifier les pratiques d'entretien des espaces communaux: voiries, espaces verts, cimetière, zones sportives etc.
Le but étant de réduire l'utilisation de produits herbicides pour détruire les herbes folles poussant le long des voies ou dans les parcs.

La réduction progressive des désherbants chimiques
Pour réduire, et stopper l'utilisation de produits phytosanitaires, la commune s'est dotée de nouveau matériel :

  •  une tondeuse-mulcheuse utilisée sur certains espaces verts qui permet de broyer l’herbe coupée et de la laisser sur place (ce qui nourrit le sol).
  • un désherbeur mécanique pour l’entretien des zones sablées et gravillonnées.

Les massifs sont remplis d’écorces pour éviter la croissance des plantes indésirables. Les nouveaux massifs sont conçus avec des plantes couvre-sol qui permettront, au bout de 2 à 3 ans, de couvrir entièrement le sol et ainsi d’étouffer les herbes folles.

La modification des pratiques d’entretien peut induire un visuel différent dans le village :

  • des zones plus vertes : les herbes folles seront tolérées pour limiter le temps de travail aux agents communaux. Le cimetière est un des premiers sites où l’utilisation des produits chimiques a été limitée
  • des pelouses tondues plus haut : plus une pelouse est tondeuse basse, plus elle est envahit de trèfle, de pissenlit car la hauteur n’est pas suffisante pour faire concurrence à ces herbes. Il vaut mieux tondre à 6-7 cm, cette hauteur permettra aussi de limiter le nombre de tontes des espaces verts car l’herbe tondue haute pousse moins vite !
  • des aménagements prenant en compte les problématiques d’entretien : les espaces publics sont petit à petit réétudiés par la commission environnement du conseil municipal afin de prendre en compte la politique « Zéro-Phyto » de la commune .

 

Article rédigé avec l’appui de Magali MERCIER, chargée de Mission Eau 

 

Actualités

Pour information : 

La carte des aléas d'inondation de mars 2018 est disponible sur le site internet, consultable en mairie ou sur le site de la préfecture

 
.